Fidurévision
 
 

Actualit%26eacute%3Bs%20fiscales%2C%20juridiques%2C%20sociales%20et%20comptables



Septembre 2017 - Outils de gestion


 

 La mise en place d'un tableau de bord

Vous êtes confortablement installé dans votre fauteuil et votre chien, Loukoum, dort paisiblement sur vos genoux. Vous lui grattez la tête régulièrement ce qui provoque chez lui de longs râles de satisfaction. Votre épouse est installée sur le canapé et lit le dernier opus de « 50 nuances de Grey » que lui a prêté une de ses amies. Elle vous jette d’ailleurs régulièrement des regards en coin avec un sourire que vous ne lui connaissez pas.

19h30 sonne. Les enfants rentrent. Théo a le genou en sang après être, encore, tombé dans un escalier avec son skateboard. Semble-t-il, selon lui, que « ça valait le coup ». Mélisse revient de l’équitation : la chevauchée de sa jument « Absinthe de la Nuit 4 » s’est avérée compliquée du fait d’une boiterie. Théo suggère alors de reconvertir la jument vers une destinée de lasagnes. Bien entendu, cela sonne le glas de l’atmosphère pacifique qui régnait jusqu’à présent dans la pièce.

Pour calmer les ardeurs des enfants, vous décidez d’aborder le thème de l’école et des notes reçues. Cela a l’effet escompté et les regards deviennent subitement plus évasifs.

En creusant un peu, vous découvrez que Théo est toujours aussi nul en maths (7/20, en progrès). Sans surprise, il plafonne toujours à 5/20 en allemand. (Vous songez également qu’étudier une langue pendant 10 ans et ne toujours pas savoir prononcer la moindre phrase est révélateur d’une carence qui ne doit pas uniquement être liée à l’élève. Raisonnement intéressant que vous vous refusez à développer devant votre fils.) Par contre, l’économie semble l’intéresser (14/20) et, mine de rien, il tire son épingle du jeu en français en finissant tête de classe avec 17/20, ses exploits en théâtre n’y étant a priori pas étrangers.

Du côté de Mélisse, c’est du 13/20 à peu près partout sauf en sport. Le dernier incident en date étant arrivé le jour où elle a expliqué au prof de sport que courir après un ballon était le jeu préféré le Loukoum, et qu’elle pensait valoir un peu plus que ça (la remarque vous a fait sourire mais vous a tout de même valu une convocation).

A ce moment, vous vous rendez-compte que cette petite discussion de quelques minutes vous a permis d’avoir une vision globale de l’état des résultats scolaires de vos enfants.

Vous vous laissez aller à imaginer un tableau, quelque chose de tout simple, où vous auriez une vision évolutive de ces résultats semaine après semaine. Car vous recevez bien le bulletin scolaire tous les trimestres mais, bien souvent, il est déjà tard pour réagir. Il vous faut une information rapide pour prendre des décisions.

Vous faites le lien avec votre entreprise, « Marmottes en peluche SARL ». Cela fait des années que vous demandez au comptable de votre entreprise d’avoir des chiffres clairs, et rapidement, mais en vain : les rares fois où vous avez reçu quelque chose, vous n’avez rien compris.

Il est temps de reprendre le contrôle : vous appelez votre expert-comptable.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/36-la-mise-en-place-dun-tableau-de-bord-voulot-charly



Septembre 2017 - Informatique


 

 Vos données sont sur leur petit nuage

« Donnes-moi ça ! »

« Facebook doit savoir ça !!! »

Hurlements dans la maisonnée, vos deux enfants, Théo et Mélisse, sont en plein pugilat. Mélisse escalade le canapé pour sauter sur son frère qui court dans tout le salon son téléphone à la main.

« Si je t’attrape je t’arrache la tête ! »

Pas décidé à finir, encore une fois, aux urgences un samedi après-midi, vous vous résolvez à intervenir.

« Les enfants, cessez de chahuter. »

Le ton se veut autoritaire, mais malgré tout le vacarme ambiant, l’attrait irrésistible du fauteuil dans lequel vous êtes installé se fait de plus en plus fort.

Ce qui devait arriver arriva : Théo renverse et casse le vase blanc du salon. Les enfants se figent et se calment immédiatement.

« Maintenant ça suffit, vous allez tous les deux dans vos chambres et vous êtes privés d’argent de poche et de portable pendant une semaine ! »

La sentence paternelle est tombée. Terrible.

« Regardez ce que vous faites comme bêtises ! Et pourquoi est-ce que vous êtes si excités ? » hurlez-vous.

« Théo m’a pris en photo quand je sortais de la salle de bain et il a balancé la photo sur le cloud ! C’est dupliqué dans tous les ordis de la maison maintenant ! Et il veut la mettre sur Facebook !» sanglote Mélisse.

Théo minimise en disant que ce n’était qu’une blague… Bref, le cirque habituel.

Après l’avoir sermonné, ne pas succombé à son regard de victime, confisqué son téléphone et renvoyé dans sa chambre, vous essayez de comprendre comment en un clic alors qu’il escaladait le canapé, il a réussi à partager une photo sur 5 appareils distants. C’est une problématique régulière que vous avez à l’usine : personne n’a jamais la bonne info au bon moment.

Il est temps de rentrer dans le cloud.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/35-vos-données-sont-sur-leur-petit-nuage-voulot-charly



Septembre 2017 - Juridique


 

 Fondamentaux du rachat d'entreprise

La rentrée est arrivée et vous retournez dans votre entreprise Marmottes en Peluche SARL plus déterminé que jamais à dépasser tous vos objectifs de chiffre d’affaires en 2017 !

Lundi 4 septembre 2017, votre journée de reprise s’est étonnement bien passée. Pas d’accroc, tout tourne correctement, les marmottes en peluche hivernales seront bientôt prêtes et les ventes de l’été aux randonneurs ont été au rendez-vous. Bref, tout baigne.

Pris dans l’euphorie du moment, vous décidez d’aller récupérer vos enfants à la sortie de l’école après leur premier jour de rentrée. Théo, 15 ans, rentre en seconde et Mélisse, 13 ans, en 4ème. Vous ne voulez pas rater ça. Une fois n’est pas coutume, vous sautez en voiture et foncez chercher votre progéniture en imaginant d’avance la joie que vous allez leur procurer.

Arrivé devant le portail du collège, Mélisse vous aperçoit, s’arrête nette et fond en larmes. Vraisemblablement son jour de la rentrée n’a pas été aussi prolifique que le vôtre…

Vous la consolez et l’interrogez sur ce qui lui vaut ce gros chagrin. Coup de massue : sa rentrée s’est très bien passée, mais vous voyant à la sortie de l’école, elle a cru qu’il était arrivé quelque chose de grave…

Vous songez qu’il faudrait peut-être envisager de passer plus de temps avec vos enfants pour éviter ce genre de désagréments à l’avenir. Le souvenir cuisant d’une discussion agitée avec Flora (votre épouse) il y a peu de temps sur le même sujet vous fait penser qu’il y avait sans doute un fond de vérité dans son argumentaire.

Vous vous rendez alors au lycée pour récupérer Théo.

Il vous voit, se fige, tape dans la main de ses copains et s’approche.

- Il est arrivé quelque chose à Maman ? demande-t-il la voix tremblante.

- Non, tout le monde va bien ! répondez-vous un peu agacé. Je voulais juste venir vous chercher pour votre premier jour d’école.

Théo ouvre des grands yeux incrédules.

- Mais, pourquoi ?

Pris au dépourvu, vous lui faites un bisou sur le front et montez en voiture. Vous voyez alors Théo fixer Louison son meilleur ami, hilare suite au baiser paternel. Théo vous lance un regard noir et s’enferme dans un silence réprobateur en faisant tourner frénétiquement son handspinner préféré.

Vous tentez d’engager la conversation sur les emplois du temps. En vain.

Arrivés à la maison, Théo lance dans un soupire : « Si au moins tu fabriquais quelque chose de cool et pas des marmottes pourries pour bébé. Les handspinners, ça c’est cool ! ». Puis, il part s’enfermer dans sa chambre en claquant la porte.

Votre épouse rentre, Mélisse s’effondre une nouvelle fois en larmes dans ses bras en lui disant qu’elle l’aime et qu’elle l’a cru morte à cause de vous. Regard noir de Flora à votre encontre.

Avant de vous coucher, vous prenez une grande décision : il faut reconquérir le cœur de vos enfants. L’heure est venue qu’ils soient fiers de vous : vous allez racheter une usine de handspinner !

Vous n’avez jamais racheté d’entreprise et décidez d’appeler dès le lendemain votre expert-comptable pour savoir comment ça marche.

Vous ne développez pas ce projet avec Flora, qui, vous le pressentez, ne trouvera pas cette idée aussi géniale que vous.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/34-fondamentaux-du-rachat-dentreprise-voulot-charly?published=t



Août 2017 - Juridique


 

 Transformation d'une SARL en SAS : Pourquoi et comment ?

Au détour d’un repas au Centre des Jeunes Dirigeants, vous discutez avec un ami dirigeant d’entreprise (la société Laveur de Carreaux SAS). Celui-ci vous vante l’intérêt de son statut de SAS et est convaincu qu’il s’agit du meilleur statut : moins cher, plus simple et surtout, cerise sur le gâteau, pas de RSI. Bref, il ne comprend pas pourquoi votre Marmottes en peluche SARL n’est pas une SAS.

Vous avouez qu’en toute honnêteté, tout ça ne vous a jamais fondamentalement passionné. Mais par principe, cela vaut la peine de poser la question à votre expert-comptable.

Vous rentrez du dîner à minuit et tentez de faire le moins de bruit possible au domicile baignant dans la sérénité. Vous apercevez la lumière de la chambre de Théo s’éteindre précipitamment au bruit du portail du jardin. Vous mettez la clef dans la serrure et Loukoum, votre chien, se met à hurler à la mort.

« Loukoum ! Loukoum ! Tais-toi ! C’est moi !!! »

Flora, votre épouse, débarque dans le salon en chemise de nuit, le regard endormi, et vous reproche de réveiller toute la maison au milieu de la nuit quand vous rentrez à pas d’heure de vos repas avec vos copains du CJD. Vous vous lancez dans une explication sur le fait que vous allez probablement transformer votre SARL en SAS, et sur les différents avantages attendus de l’opération, mais Flora coupe court à la discussion avec un cinglant : « Viens de te coucher maintenant ! »

Le lendemain matin au petit déjeuner, Théo est tel un zombie devant son bol de Chocapics (comme tous les matins). Sa sœur Mélisse se plaint qu’on ne peut pas dormir tranquille dans cette maison, et que si elle rate son contrôle de maths, ce sera de votre faute. Loukoum attend sous la table que Théo lui donne son fruit comme tous les matins.

Flora vous regarde et vous dit « J’espère que ça valait vraiment le coup de gâcher la nuit de tout le monde ton truc de SAS… »


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/33-transformation-dune-sarl-en-sas-pourquoi-et-comment-charly




Août 2017 - Social / Loi travail / Information


 

 Vous avez un nouveau message

Bip bip bip bip ! Vous avez 484 nouveaux mails !

Bip bip bip bip !!!!! Vous avez 125 messages sur Messenger !

Bip bip bip bip !!!!!!!! Vous avez 256 messages What’sApp !

Bip bip bip bip !!!!!!!!! Théo vous a envoyé un Snapchat !

Bip bip bip bip !!!!!!!!!!!! Flora vous a envoyé un MMS !

Tu tu tu tu tu tu tu !!!!!!!!!!!!!! Un appel Skype arrive, mais vous êtes déjà au téléphone sur le portable et le fixe sonne depuis 3 minutes non-stop.

Journée de reprise, vous rallumez le téléphone et regardez, dépité, s’accumuler les messages non lus. Vous avez la désagréable impression de vous transformer en secrétaire de luxe.

Entre les messages publicitaires, ceux où l’interlocuteur a mis la terre entière en copie pour dire qu’il n’y avait plus de stylo bille au secrétariat (et donc tout le monde a reçu les messages d’absences pour cause de vacances des uns et des autres, messages automatiques qui eux-mêmes ont générés d’autres messages automatiques d’absence.), et le problème urgent transmis 5 minutes avant le départ en congé du demandeur, vous êtes complètement submergés par de la non-information.

Accaparé par les écrans, vous overdosez la lumière bleue et les effluves d’ondes portent votre barrière hémato encéphalique au bord de l’effondrement. Si peu que vous ayez encore un deuxième portable pro, c’est la fin des haricots.

Mélisse, votre fille qui passait par là, voit à votre tête des grands jours que ce n’est pas le bon moment pour venir vous parler des dernières chaussures à la mode en super promo chez son dealer Internet de bonnes affaires. Elle se rabat directement sur votre épouse en espérant une oreille plus attentive à ses besoins primaires.

D’un autre côté, Théo, votre fils, qui devait venir directement à votre usine de marmottes en peluche après son cours particulier de maths ignore vos SMS lui intimant de rentrer immédiatement.

Stop.

Jusqu’à quand allez-vous accepter la tyrannie de l’immédiateté ?

Vous regardez le cadre que votre épouse vous a offert sur lequel est écrit une citation de Saint François de Sales : « Une demi-heure par jour de méditation est essentielle, sauf quand on est très occupé. Alors, une heure est nécessaire. ».

Vous décidez qu’il est grand temps de retrouver un peu de quiétude


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/32-vous-avez-un-nouveau-message-voulot-charly





Août 2017 - Capital immatériel


 

 Choisir entre un modèle low-cost ou premium

    Partie 3/3 : la restitution de l'audit l'immatériel

Avant-propos : habituellement, mes publications sont indépendantes les unes des autres. Mais pour l’été, les publications 29, 30 et 31 sont écrites sous forme d’un triptyque qu’il convient de lire dans l’ordre.

Vous pouvez retrouver la partie 1 en suivant le lien : https://www.linkedin.com/pulse/29-choisir-entre-un-mod%C3%A8le-low-cost-ou-premium-partie-voulot-charly

Et la partie 2 en suivant ce lien : https://www.linkedin.com/pulse/30-choisir-entre-un-mod%C3%A8le-low-cost-ou-premium-partie-voulot-charly

Résumé des épisodes précédents :  vous avez décidé de lancer un audit du capital immatériel de « Marmottes en Peluche SARL ».

 ***

Silence dans le bureau.

Vous attendez, fébrile, que la réunion de synthèse de l’audit immatériel commence. Rien n’a filtré, vous ne savez pas du tout à quoi vous attendre.

La question de base est simple : faut-il que vous développiez une marmotte low-cost ou premium ? A priori, vous seriez plutôt enclin à développer une marmotte premium. L’Iphone chez les marmottes. Le Graal que tout un chacun veut posséder. Mais vous ne savez pas. D'où l'audit du capital immatériel.

Vous sirotez votre café noir en silence.

L’auditeur frappe, vous sursautez et vous levez précipitamment pour l’accueillir : il faut en finir.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/31-choisir-entre-un-mod%C3%A8le-lowcost-ou-premium-partie-voulot-charly?published=t




Juillet 2017 - Capital immatériel


 

 Choisir entre un modèle low-cost ou premium

    Partie 2/3 : l'audit de l'immatériel

Article co-écrit par Charly Voulot et Véronique Habé

Véronique est, tout comme moi, expert-comptable et commissaire aux comptes, et elle est aussi consultante depuis 2012 en évaluation du capital immatériel (formée par l’Observatoire National de l’Immatériel).

Avant-propos : habituellement, mes publications sont indépendantes les unes des autres. Mais pour l’été, les publications 29, 30 et 31 sont écrites sous forme d’un triptyque qu’il convient de lire dans l’ordre.

Vous pouvez retrouver la partie 1 en suivant le lien : https://www.linkedin.com/pulse/29-choisir-entre-un-mod%C3%A8le-low-cost-ou-premium-partie-voulot-charly

Résumé de l’épisode précédent :   vous avez décidé de lancer un audit des éléments immatériels de « Marmottes en Peluche SARL ».


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/30-choisir-entre-un-mod%C3%A8le-low-cost-ou-premium-partie-voulot-charly






Juillet 2017 - La valeur perçue


 

 Choisir entre un modèle low-cost ou premium

    Partie 1/3 : la valeur perçue

Drame ! Théo a tenté une figure particulièrement périlleuse en skateboard pour briller aux yeux de Juliette et les lois de la gravité se sont rappelées à lui. Son téléphone portable n’a pas survécu à l’impact.

Plus de Snapchat (Facebook, c’est pour les vieux !), plus d’Instagram, plus de What’s App. Autant dire qu’il vient en une fraction de secondes de se retrouver reclus dans les profondeurs abyssales de la déconnexion. Les premiers effets du delirium tremens numérique commençant à se faire sentir, Théo vous convainc (ou plutôt vous harcèle) d’aller le soir-même chez son dealer habituel de téléphone portable pour le remplacer.

Vous tentez de le responsabiliser en lui expliquant qu’il aurait dû ôter son téléphone avant de faire le pitre. Mais devant les remarques de Flora, votre épouse (C’est sûr que c’est pas toi qui aurait fait ça pour me séduire), de Mélisse, votre fille (Si je jette mon téléphone par terre, je peux aussi en avoir un neuf ?), et de Théo lui-même (Mais Papa, il y avait tous mes potes, et Juliette, elle avait sa petite robe noire), vous renoncez.

Arrivés au temple du téléphone portable, le dernier Iphone tant convoité trône en tête de gondole dans un gigantesque écrin de cristal. Vous sentez votre ado au bord de l’AVC devant ce spectacle. Après avoir procédé à une génuflexion respectueuse devant cet autel de technologie, il affirme sans hésitation que c’est de ce modèle précis (celui à 1000 €, soit 1 € par jour pendant 3 ans selon le vendeur) qu’il a besoin. Les autres smartphones étant, selon Théo, fragiles, lents ou technologiquement obsolètes.

Le vendeur vous prend à part, et après vous avoir demandé si vous aimiez vraiment votre fils, vous annonce un tarif exceptionnel, juste pour vous. Pas convaincu, mais en tenant compte des résultats scolaires de Théo qui, sans être faramineux, sont en progression positive, vous cédez pour le dernier modèle. Vous commencez également à réfléchir à un argumentaire pour votre femme et votre fille.

Le vendeur conclu « Et voilà Théo, tu es l’heureux propriétaire du dernier Iphone ! ». Nouvelle dystonie oromandibulaire de joie de votre fiston.

Vous comprenez alors que vous n’avez pas acheté un téléphone à votre fils, mais que vous lui avez acheté le statut d’être le propriétaire du téléphone. Preuve en est qu’en flânant un peu dans la boutique, vous vous seriez rendu compte que ce n’est pas le plus puissant, ni le plus grand, ni le plus beau, ni celui qui fait les plus jolies photos. Par contre c’est probablement l’un des plus chers !

Vous transposez alors immédiatement l’idée à votre entreprise « Marmottes en peluche SARL ». Mais comment faire pour que votre marmotte devienne l’objet d’une telle convoitise ?

Vous convoquez votre état-major dès le lendemain 8h : responsable marketing et expert-comptable

Explications : https://www.linkedin.com/pulse/29-choisir-entre-un-mod%C3%A8le-low-cost-ou-premium-partie-voulot-charly





Juillet 2017 - Social


 

 Paies, litiges avec les salariés : prenez-vous les bons risques ?

- Encore ?!?! Mais qu’est-ce qu’on te reproche cette fois-ci ?

Flora, votre femme, s’emporte. Elle sait que vous allez, une fois encore, être grognon et mal dormir cette nuit. Personne n’aime être convoqué au tribunal.

- Tu vas aller en prison, Papa ? demande Théo, votre fils de 15 ans, en faisant tourner frénétiquement son handspinner favori.

- Mais non, bonhomme.

Vous le rassurez d’un geste tendre en lui ébouriffant les cheveux. Il esquive de justesse votre bisou et part s’enfermer dans sa chambre en criant à qui veut l’entendre qu’il en a assez d’être considéré comme un enfant. Brave garçon. Sa petite sœur Mélisse le raillant sans ménagement à cette occasion.

En un mois, c’est le troisième salarié qui vous assigne aux prud’hommes.

Le premier pour une histoire de convention collective mal appliquée (vous ne comprendrez jamais rien à ces fichus coefficients).

Le second pour une sombre histoire de licenciement abusif (Le gars a été pris la main dans le sac de contrebande de vos marmottes ! Vous avez peut-être manqué de tact au moment de rédiger le motif dans la lettre de licenciement pour faute grave…)

Et le dernier, celui du jour, vainqueur toutes catégories, dit que votre licenciement est nul malgré qu’il ait proféré des insultes à caractère homophobe et raciste à votre responsable de production et ce devant témoin.

Qu’est-ce que vous avez fait pour mériter ça ?

Ou plutôt, que n’avez-vous pas fait pour mériter ça ?

Devant votre air soucieux et grave, Mélisse vous apporte un verre de brandy avec un glaçon « pour son Papa chéri qu’elle aime ». Cela cache sans doute quelque chose car rien n’est jamais gratuit avec vos adolescents, mais vous profitez de cet instant privilégié pour réfléchir à la conduite à tenir.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/28-paies-litiges-avec-les-salari%C3%A9s-prenez-vous-bons-voulot-charly




Juin 2017 - Informatique


 

 Big data : à l'aise avec les données comme un poisson dans l'eau !

La saison de ski 2017/2018 s’annonce et, en tant que dirigeant de « Marmotte en peluche SARL » (vous envisagez une transformation en SAS parce que vos copains dirigeants l’ont fait avant vous, et que c’est la mode, mais ça on en parlera une autre fois), vous devez lancer la production pour être fin prêt dès l’arrivée des premiers flocons.

Rien ne va plus.

Vos distributeurs habituels vous expliquent qu’un nouveau venu sur le marché arrive avec un produit révolutionnaire : exit l’historique marmotte, fabriquée dans vos ateliers depuis 5 générations. L’arrivée du Bubulle le super-poisson-électronique-qui-chante vient tout chambouler.

Vous êtes dévasté : vous voyez s’estomper votre rêve inavoué que votre Théo (votre fils de 15 ans) reprenne à son tour l’affaire familiale. Vous avez d’ailleurs posé votre main sur son épaule un dimanche en regardant votre usine et avez murmuré, la larme à l’œil : « Tu sais, Théo, un jour, tout ça sera à toi. ».

Théo a stoppé son handspinner, s’est vigoureusement dégagé de votre étreinte et a lancé un « Mais Papa ! C’est super malaisant ! »

Le même caractère que son père ! Vous vous souvenez vos propres peurs au moment de la reprise de l’usine (« Je te fais confiance, mais si tu échoues, tu auras déshonoré la famille. »). Vous devez vous battre pour Théo !

Sus à Bubulle ! La guerre est déclarée.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/27-big-data-%C3%A0-laise-avec-les-donn%C3%A9es-comme-un-poisson-voulot-charly




Juin 2017 - Associations


 

 Trésorier dans une petite association  : ne perdez pas la main !

Votre bonté et votre bienveillance sont sans limites, et vous avez toute la confiance de vos congénères pour accomplir la tâche, certes ingrate, mais ô combien importante qui vous incombe désormais. C’est ce que l’on vous a expliqué, devant une assemblée de personnes âgées ravies de voir enfin des jeunes reprendre le flambeau. Sourire crispé.

Reprenons l’histoire depuis le début.

Théo, votre fiston de 15 ans, vous a fait tout un foin pour que vous l’inscriviez dans l’association locale de bridge « parce que c’est swag ! ». Après une vaine résistance et sans vouloir rentrer dans un débat de fond (et en ignorant d’ailleurs ce que le terme « swag » pouvait bien signifier), vous avez dans un premier temps émis une réaction de surprise eu égard à cet engagement soudain. Cela vous a valu divers adjectifs qualificatifs de la part de votre ado, considérant votre attitude comme indigne, primitive, clanique et condescendante (il ne l’a pas dit exactement comme ça, mais c’était le sens général). Ce n’est que dans un second temps que vous avez compris que Juliette, la petite dernière de 14 ans de la voisine, fréquente (contrainte et forcée) le même club de bridge avec sa grand-mère. Semble-t-il d’ailleurs que son entrain à se rendre aux réunions hebdomadaires ait considérablement progressé depuis peu. Les deux jeunes se sont trouvés une passion commune : le hasard fait tout de même bien les choses.

Vous vous retrouvez donc dans une assemblée générale du bridge où l’on se félicite de l’arrivée massive de la jeunesse dans les effectifs associatifs et de l’engagement des parents à soutenir leur progéniture.

Après une minute de silence à la mémoire des membres disparus cette année, vous êtes proposé et élu, à l’unanimité moins un (vous !), au poste tellement honorifique de Trésorier de l’association, afin de « mieux vous intégrer dans la vie associative aux côtés des membres plus anciens ».

Instant de fébrilité : vous n’avez jamais été trésorier et ça ne vous intéresse d’ailleurs pas spécialement. Vous, votre métier, c’est de fabriquer des marmottes en peluche. (Vos aventures ici : https://www.linkedin.com/pulse/25-gestion-financi%C3%A8re-lanalyse-des-%C3%A9carts-voulot-charly). Comment allez-vous faire ?


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/26-tr%C3%A9sorier-dans-une-petite-association-ne-perdez-pas-charly




Juin 2017 - Gestion financière


 

 Gestion financière : l'analyse des écarts

C’est l’été ! La saison des mojitos, vacances, barbecues est revenue. Vous allez trop manger, trop gras, trop sucré et trop salé, et si vous avez ma morphologie, cela ne vous empêchera pas de dormir. 200 restos par an et une devise : on ne peut pas faire un audit sans un Kinder Bueno. Mes 55 kg témoignent de l’injustice notoire de la situation.

Mais le sujet du jour ne concerne pas les différents écarts nutritifs auxquels vous seriez amenés à succomber dans une délicieuse et faine culpabilité.

Nous allons vous parler aujourd’hui de l’analyse des écarts en gestion financière. Le titre n’est pas très glamour, j’en conviens mais pourtant, c’est ce qui va vous permettre d’expliquer la source de situations très variées dans vos entités. Et les résultats sont parfois inattendus.

Prenez un paquet de M&M’s et on y va : foi d’auditeur, ça aide ! (Mais ne les mangez pas en les lançant en l’air et en les gobant : une fibroscopie pulmonaire d’urgence à 3h du matin m’a démontré que c’était une très mauvaise idée…).


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/25-gestion-financi%C3%A8re-lanalyse-des-%C3%A9carts-voulot-charly




Juin 2017 - Entreprises en difficulté


 

 Défaillance d'entreprise : vous pouvez vous en sortir

La défaillance des entreprises est un problème aussi vieux que le capitalisme. Parfois, les choses tournent mal, pour beaucoup de raisons. Ce n’est pas agréable, ce n’est pas forcément juste non plus. Mais c’est ainsi.

Il existe en France un certain nombre de dispositifs, plutôt efficaces, pour aider ces entreprises qui traversent des turbulences à sauver leur patrimoine, à préserver leur savoir-faire, leur histoire et leur âme.

Le plus difficile est de savoir (d’admettre) que son entreprise ne va pas bien. Ensuite, il faudra choisir vers quel dispositif s’orienter pour maximiser les chances de rebondir.

A quelques jours de l’épreuve tant attendue de philosophie du baccalauréat, il paraît de bon ton de revenir aux fondamentaux. Sénèque, philosophe romain du premier siècle, nous apporte encore toute sa sagesse à travers des pensées et traits d’esprit qui deux mille ans plus tard ont toujours tout leur sens.


Si un homme ignore vers quel port il navigue, aucun vent ne peut lui être favorable.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/d%C3%A9faillance-dentreprise-vous-pouvez-en-sortir-voulot-charly




Juin 2017 - Impôt sur le revenu


 

 Les conséquences inattendues du prélèvement à la source

Le Gouvernement précédent a décidé la mise en place du prélèvement à la source à compter de 2018 visant à imposer l’année même les revenus et à sortir du système d’imposition des revenus avec une année de décalage.

Une fois encore, le législateur a voulu simplifier les choses pour que le contribuable arrive enfin à comprendre ce qu’il est censé faire ou payer… Mais, une fois encore, il n’a pas regardé plus loin que le bout de son nez et a jugé utile de réaliser l’économie d’une étude macroéconomique avant de tout bouleverser.

Si l’objectif inavoué de cette réforme était de fiabiliser et d’assurer les encaissements de recettes fiscales liées aux revenus des salariés, il suffisait d’imposer la mensualisation par prélèvement. Avec les déclarations de revenu pré-remplies, la déclaration des revenus dans les cas les plus simples est désormais chose aisée même pour quelqu’un n’étant pas du métier.

Pour les autres revenus catégoriels, cette réforme n’a de toute façon aucun impact.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/23-les-cons%C3%A9quences-inattendues-du-pr%C3%A9l%C3%A8vement-%C3%A0-la-voulot-charly





Mai 2017 - CAC


 

 La vraie valeur des travaux de mon CAC

Vous avez l’immense plaisir (ou privilège, chance, honneur…) d’avoir nommé un commissaire aux comptes (CAC) dans votre entreprise ou votre association. Le plus souvent, ne le cachons pas, ce n’était pas parce que vous étiez convaincu de l’utilité de ce dernier. Loin s’en faut, le CAC est bien plus souvent perçus comme une charge nécessaire. Un argument de poids est que le défaut de nomination d’un commissaire aux comptes est un fait qui revêt une qualification pénale : dit autrement, si vous ne nommez pas de CAC alors que vous le devez, vous allez partir en prison pendant 2 ans et/ou payer 30 000 € d’amende en vertu de l’article L820-4 du Code du Commerce (et/ou ne veut pas dire que c’est vous qui avez le choix) (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000024041578&cidTexte=LEGITEXT000005634379&dateTexte=20150101)

En plus, toutes les décisions prises en assemblée générale, dans le cas où vous auriez dû nommer un CAC et que vous ne l’avez pas fait, sont nulles (Art. L830-3-1 du Code du Commerce : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006242441&cidTexte=LEGITEXT000005634379).

Votre commissaire aux comptes vient donc vous embêter une fois dans l’année pour contrôler vos procédures, une autre fois pour contrôler vos comptes, encore une fois pour votre conseil d’administration et une dernière fois pour votre assemblée générale où il lit deux rapports qui se ressemblent grandement d’une année sur l’autre. Bonne nouvelle, le législateur a modifié ce point mais pour les très grandes entreprises seulement. Le nouveau « choc de clarté et de simplification » arrivera tantôt dans les autres entreprises.

Le CAC va aussi adapter sa mission à chaque situation et ne pas être présent à chaque fois, ou au contraire rajouter d’autres interventions, comme lors de l’inventaire par exemple.

Les interventions du CAC sont strictement régies par la loi et encadrées par un référentiel normatif lourd. Ne vous étonnez pas du niveau de formalisme exacerbé induit par la fonction, nous le subissons au moins autant que vous ! Il y a également tout un aspect légal de la mission (dont la procédure d’alerte, la révélation au Procureur de la République et autres joyeusetés…).

Maintenant qu’on a dit ça, vous avez deux solutions : vous complaire dans cette situation, ou essayer d’en savoir plus sur votre CAC, et surtout repérer la valeur ajoutée de son intervention. On discute ?


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/22-la-vraie-valeur-des-travaux-de-mon-cac-voulot-charly




Mai 2017 - BFR Normatif 2/2


 

 Approfondissement sur le BFR : décortiquons les pommes !

Fort de l’enthousiasme du courrier des lecteurs de la publication de la semaine dernière sur le BFR (https://www.linkedin.com/pulse/votre-besoin-en-fonds-de-roulement-normatif-est-il-haut-voulot-charly) et surtout des nombreuses questions que cela a soulevé dans les organisations, il a paru nécessaire de creuser un peu plus le sujet pour aller jusqu’aux pépins. Cela pour donner de nouvelles pistes de compréhension, de réflexion, et bien entendu des solutions.

Il sera repris ici 3 questions intéressantes. Cela ne signifie pas que les autres étaient niaises mais juste que l’intérêt du partage de leur réponse était moins évident.

Ces trois questions portent :

  • Sur les modes de financement du BFR qui existent
  • Sur l’impact des baisses d’activité sur le BFR
  • Sur la différence entre le BFR et une structure pyramidale


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/21-approfondissements-sur-le-bfr-d%C3%A9cortiquons-les-pommes-charly



Mai 2017 - BFR Normatif 1/2


 

 Votre Besoin en Fonds de Roulement Normatif est-il haut comme trois pommes ?


En tant qu'expert-comptable, on est souvent confronté aux deux mêmes questions :


  • Pourquoi je fais du résultat mais je n’ai pas d’argent sur le compte bancaire ?

  • Comment je peux faire pour payer moins d’impôts ?

La première question appelle une explication technique. C’est l’objet de cet article.

La seconde entraîne un premier conseil : si vous voulez être sûr de ne pas payer d’impôt, un bon moyen est d’augmenter votre recours aux prestations de votre expert-comptable préféré (et donc d’alourdir sa facture) pour le montant de votre résultat taxable. Pensez à tout l’argent que vous allez économiser grâce à nous ! Inutile de nous remercier. Plus sérieusement, on voit bien que raisonner sur un élément isolé, comme le montant de l’impôt prit individuellement, n’est jamais la solution et qu’une analyse bien plus fine s’impose. Mais nous on en reparlerons une autre fois.

Reprenons : vous avez une entreprise en plein développement, les commandes pleuvent, les clients respectent les délais de paiements que vous leur imposez et pourtant vous êtes fauchés comme les blés ! La faute à qui ? Certainement au besoin au fonds de roulement. Mais ça, vous auriez pu/dû le savoir avant.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/votre-besoin-en-fonds-de-roulement-normatif-est-il-haut-voulot-charly





Mai 2017 - Créances clients


 

 Créances irrécouvrables : ne perdez pas votre argent deux fois !


Cet article est destiné aux entreprises et autres organismes fiscalisés qui subissent un risque d’impayé de la part de leur client. Ça fait beaucoup de monde…

Rappelez-vous : vous avez signé un contrat avec un bon client, de longue date, presque un ami. Respect des délais, service de qualité, SAV réactif, une fois de plus, vous avez assuré ! Et le client, il était content, ça oui ! Vous vous félicitez d’ailleurs de la performance réalisée. Bravo ! (Soyons clair, si vous avez travaillé comme un malpropre, en retard, que rien ne marchait et que votre SAV a répondu « ça ne marche pas ? Ah… Ben, désolé. », la suite vous concerne aussi. Mais sachant que chacun fait de son mieux en ce bas monde pour agir avec efficacité et bienveillance, c’est parfois agréable de se le rappeler !)

Sauf que ce vieux client, presque un ami avons-nous dit, il a déposé le bilan. Vous ne serez donc pas payé pour tous vos efforts.

La pilule est déjà compliquée à avaler mais attention au formalisme fiscal : vous risqueriez bien de perdre encore plus d’argent ! Quand ça veut pas…


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/cr%C3%A9ances-irr%C3%A9couvrables-ne-perdez-pas-votre-argent-deux-voulot-charly?published=t




Mai 2017 - Prix de transfert


 

Prix de transfert : rien à voir avec le Mercato...


Article co-écrit par Véronique HABE (expert-comptable et commissaire aux comptes, détentrice d'une maîtrise en droit des affaires spécialité droit fiscal. Elle est aussi notre spécialiste prix de transfert) et Charly VOULOT (expert-comptable et commissaire aux comptes)


************************************************************************


Qui n’a jamais rêvé de délocaliser ses revenus taxables dans un pays à fiscalité privilégiée (comprendre « un paradis fiscal ») ?


Une fois encore, le karma en prend un coup au passage, mais d’aucuns ont cédé à la tentation d’éluder, entre autres, l’impôt sur les sociétés en déplaçant les bénéfices dans la petite filiale off-shore bien opaque qui va bien au fin fond des îles Caïman.


L’administration n’étant pas née de la dernière pluie, elle a vu le coup venir. Elle impose donc aux sociétés qui facturent des prestations ou des biens dans un groupe de sociétés international un certain nombre d’obligations.

Vous en avez assez de gagner des clopinettes avec votre Livret A ? Vous cherchez un placement juteux et pas le 0.75 % net d’impôt généreusement attribué par l’État ? Votre banquier a la solution : la SICAV ! Si vous imaginez que je suis un chien qui parle, on se croirait presque dans une pub pour une banque.


Amené entre la dernière offre d’assurance voiture et celle de l’alarme de la maison, juste avant l’opportunité exceptionnelle d’abonnement de téléphone portable, votre banquier vous proposera peut-être d’acheter des SICAV.


Mais avant de signer en triple exemplaire les ordres d’achats et la création du PEA (Plan d’Épargne en Action), est-ce que vous vous êtes posé la question de ce que vous étiez en train d’acheter ? Non ? C’est ici que ça se passe.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/prix-de-transfert-rien-%C3%A0-voir-avec-le-mercato-voulot-charly?published=t



Avril 2017 - Placements financiers


 

Aujourd'hui j'ai acheté des SICAV : mais au fait, c'est quoi ?


Vous en avez assez de gagner des clopinettes avec votre Livret A ? Vous cherchez un placement juteux et pas le 0.75 % net d’impôt généreusement attribué par l’État ? Votre banquier a la solution : la SICAV ! Si vous imaginez que je suis un chien qui parle, on se croirait presque dans une pub pour une banque.


Amené entre la dernière offre d’assurance voiture et celle de l’alarme de la maison, juste avant l’opportunité exceptionnelle d’abonnement de téléphone portable, votre banquier vous proposera peut-être d’acheter des SICAV.


Mais avant de signer en triple exemplaire les ordres d’achats et la création du PEA (Plan d’Épargne en Action), est-ce que vous vous êtes posé la question de ce que vous étiez en train d’acheter ? Non ? C’est ici que ça se passe.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/aujourdhui-jai-achet%C3%A9-des-sicav-mais-au-fait-cest-quoi-voulot-charly?published=t



Avril 2017 - Taux de change


 

 Le change des devises : comment ça marche ?


Quand on parle de parité, la plupart du temps, c’est dans le cadre de la parité Homme/Femme. Mais aujourd’hui, c’est de la parité entre les devises que nous allons parler.

La parité, c’est le terme technique qui définit le taux de change entre deux monnaies.

C’est une nébuleuse pour beaucoup : il est grand temps de comprendre comment ça fonctionne !


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/le-change-des-devises-comment-%C3%A7a-marche-voulot-charly?published=t




Avril 2017 - Imposition des particuliers


 

 Impôt sur le revenu : frais réels or not frais réels ?


Vous avez, fin de semaine dernière, eu la joie de recevoir votre déclaration de revenu papier dans votre boite aux lettres, sauf si vous avez demandé à ne plus la recevoir. Auquel cas la planète vous remercie, sans que cela ne vous dispense de déclarer vos revenus sur Internet.

De toute façon, si votre revenu fiscal de référence (RFR) de l’année dernière dépasse 28 000 € et que vous avez une connexion Internet à la maison, vous devez déclarer vos revenus en ligne sauf si vous estimez « ne pas être en mesure de le faire ». Autant dire que pour vous qui lisez cet article, c’est plutôt mal parti.

La période de la déclaration de revenus est un événement important dans la fiscalité personnelle : c’est là que tout se joue sur l’impôt que vous allez devoir payer. L’an prochain, sauf si le dispositif est modifié après les élections présidentielles, le système de recouvrement de l’impôt changera avec la mise en place du prélèvement à la source au 1er janvier 2018, mais ça ne changera pas le principe de tout ce qui suit.

Un élément important qui anime bien des déjeuners dominicaux est l’opportunité d’appliquer ou pas le régime dit des frais réels, chacun étant convaincu de détenir la vérité sur le sujet. Et c’est sans doute le cas, mais la réponse dépend de la situation de chacun.



Explications : https://www.linkedin.com/pulse/imp%C3%B4t-sur-le-revenu-frais-r%C3%A9els-voulot-charly?published=t






Avril 2017 - BDES


 

 La base de données économiques et sociales (BDES) ?


Cette semaine, il est question de droit social avec une obligation peu connue des chefs d’entreprises et qui pourtant concerne beaucoup d’entre eux : la base de données économiques et sociales, BDES pour les intimes.



Explications : https://www.linkedin.com/pulse/la-base-de-donn%C3%A9es-%C3%A9conomiques-et-sociales-bdes-voulot-charly?published=t






Mars 2017 - Incoterms


 

 InCoTerm : ça se mange ?


Un grand merci à Simon HUCHET, expert-comptable stagiaire dans notre cabinet, pour la rédaction de cet article.

***

Votre entreprise vend ou achète des biens dans le monde entier ? Alors, cet article est susceptible de vous intéresser.

Nous rentrons aujourd’hui dans le monde merveilleux des InCoTerms.



Explications : https://www.linkedin.com/pulse/incoterm-%C3%A7a-se-mange-voulot-charly?published=t







Mars 2017 - Garantie des comptes en cas de défaillance bancaire


 

 Et si demain ma banque coule ?


A l’époque du FarWest, on expliquait qu’il valait mieux mettre son argent à la banque pour éviter de se faire détrousser à la première traversée de forêt. Le risque était que la banque se fasse braquer par un Robin des Bois dont les intentions de redistributions pouvaient s’avérer aussi limitées qu’aléatoires…

Saut dans le futur… Bienvenue dans le Présent ! Le risque aujourd’hui est un risque plus complexe, moins visible mais tout aussi grand : le crash boursier.


Explications : https://www.linkedin.com/pulse/et-si-demain-ma-banque-coule-voulot-charly?published=t




 Mars 2017 - Retraite



 Le cumul emploi-retraite : partie 2


Le précédent article traitait du cumul emploi-retraite pour le salarié. A présent, passons au cumul emploi-retraite pour le dirigeant. Là encore, c’est un sujet sensible car très personnel : que ce soit le temps de passer la main, pour se soustraire au vertige de l’agenda vide, pour conserver du lien social, pour conserver un complément de revenu ou simplement parce que ça lui manque, le dirigeant a plein de bonnes raisons de continuer à travailler. Et probablement autant de s’arrêter.



Explications du fonctionnement pour un dirigeant : https://www.linkedin.com/pulse/le-cumul-emploi-retraite-partie-2-voulot-charly?published=t




 Mars 2017 - Retraite



 Le cumul emploi-retraite : partie 1


42 ans de bons et loyaux services ! L’heure d’un repos bien mérité. Mais une fois l’euphorie du pot de départ en retraite passée, certains finissent par se lasser de la pêche, du jardinage, du golf ou de toutes ces activités remises à « quand je serai en retraite ». Que ce soit pour tuer l’ennui, conserver du lien social ou encore assurer un complément de revenu dans une période où les pensions de retraites fondent comme neige au soleil, il est possible, sous certaines conditions, de cumuler une activité salariée et une pension de retraite. L’entreprise y trouve son compte en cas de difficulté de recrutement ou pour transmettre le savoir-faire aux jeunes.

Mais attention, le sujet est d’autant plus délicat qu’il touche à une décision très personnelle.



Explications du fonctionnement pour un salarié : https://www.linkedin.com/pulse/le-cumul-emploi-retraite-partie-1-voulot-charly?published=t





 Février 2017 - Congés payés



 Pourquoi faire prendre des congés payés à ses salariés ?


Dans beaucoup d’entreprises, la prise de congés payés est un  sujet à part entière. Il n’est pas rare de voir des salariés cumuler des montagnes de congés (en tant que commissaire aux comptes, mon record toutes catégories confondues était un salarié qui cumulait 196 jours de congés, soit près de 8 longues années sans prendre de congé !).

Il s’agit d’une pratique à risques pour l’employeur.


Explications… : https://www.linkedin.com/pulse/pourquoi-vous-devez-faire-prendre-des-cong%C3%A9s-%C3%A0-vos-salari%C3%A9s-charly?published=t





 Février 2017 - Pénibilité


 Pénibilité

Voici un focus sur la pénibilité. Ce dispositif est déjà en place depuis quelques mois mais si vous ne vous êtes pas encore penché sur la question, mieux vaut s’en occuper rapidement.

https://www.linkedin.com/pulse/compte-pr%C3%A9vention-de-la-p%C3%A9nibilit%C3%A9-%C3%AAtes-vous-%C3%A0-jour-vos-voulot-charly?published=t




 Décembre  2013 - Actualité fiscale et sociale *  


   Fiscal : Réforme de la TVA - Articulation entre les différents taux

 A compter du 1er janvier 2014, les différents taux de TVA en vigueur vont être modifiés.

 

Le taux de droit commun actuellement de 19,6 % va être porté à 20 %.

 

Concernant l’articulation entre les différents taux applicables, l’administration fiscale a précisé qu’il fallait se référer au fait générateur de la TVA pour déterminer le taux applicable à une opération s’organisant sur la période relative au taux de 19,6 % mais également sur la période 2014 assujettie au taux de 20 %.

 

En d’autres termes, pour les ventes, il conviendra de se référer à la période de livraison du bien et pour les prestations de service, il conviendra de se référer à la date des encaissements (sauf option pour les débits).

 

LOI n° 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012

 

 

 

 

 Fiscal : Impôt sur le revenu - Abaissement des effets du quotient familial

 

A compter de l’imposition 2014 sur les revenus 2013, le plafond général du quotient familial qui permet une diminution de l’impôt au titre des enfants à charge, serait abaissé de 2 000 à 1 500 euros pour chaque demi-part supplémentaire (pour rappel : les demi-parts supplémentaires sont celles qui excèdent le quotient familial de base, soit un quotient familial de 2 pour un couple marié).

 

Le projet de loi de finances pour 2014 a été adopté en nouvelle lecture par l’assemblée nationale, le 13 décembre 2013 (seule la loi de finances pour 2014 en version définitive pourra toutefois établir la réalité de cet abaissement : attente de la publication ultérieure de la « petite loi » qui aura valeur de texte authentique).

 

Projet de loi de finances pour 2014

 

 

 Social : Déclaration annuelle des salaires (DADS) - Rappel

 

 

La DADS-U permet de communiquer toutes les données nécessaires, en un seul envoi, à l’ensemble des partenaires (centre TDS, Urssaf, administration fiscale, Pôle emploi, institution de retraite complémentaire et de prévoyance…).

 

Le dépôt du fichier s’effectue sur le site www.net-entreprises.fr.

 

Depuis 2011, la norme 4DS permet l’envoi des données sous forme dématérialisé. Toutefois, les employeurs qui ne seraient pas en mesure de produire leur DADS-U à la norme 4DS ont la possibilité d’utiliser le service de saisie en ligne DADSNET sur le site www.e-ventail.fr. L’inscription préalable en ligne est gratuite. Attention : ce service ne couvre que les données destinées à la sécurité sociale et à la direction générale des finances publiques.

 

Entreprises soumises à l’obligation de transmettre leur déclaration par voie informatique :

-               Entreprises qui ont souscrit au cours de l’année précédente une déclaration comportant au moins 200 bénéficiaires,

-               Entreprises qui ont versé des sommes exonérées au titre de l’épargne salariale, attribué des actions gratuites, participé au financement d’avantages particuliers (titres-restaurant, frais de transports…), versé des primes…

 

Le non-respect de l’obligation de déclarer sur un mode informatique est sanctionné par une amende de 15 € par bénéficiaire.

 

 

Code de la Sécurité Sociale, articles L.133-5-4 à L.133-5-9

 


 

Août  2013 - Actualité juridique et sociale *  


 Juridique : Sanction des retards de paiement - Rappel

Depuis le 1er janvier 2013, les conditions générales de vente et les factures doivent mentionner, en cas de retard de paiement de leurs clients professionnels :

  • Une indemnité forfaitaire de recouvrement de 40 €
  • Des pénalités de retard annuelles égales au taux de refinancement de la BCE majorées de 10 %

Risque pénal encouru en cas d’omission :

 

  • Omission sur les conditions générales de vente : amende de 15 000 € pour les personnes physiques et 75 000 € pour les personnes morales
  • Omission sur les factures : amende de 75 000 € pour les personnes physiques et 375 000 € pour les personnes morales

Point de départ des pénalités : elles sont dues de plein droit à défaut de paiement le lendemain de la date de règlement indiquée sur la facture, sans qu’un rappel soit nécessaire.

Les pénalités doivent être calculées sur le prix TTC selon le minstère de l’Economie. Toutefois, la Direction de la concurrence a opté pour  la position contraire : les pénalités doivent être calculées sur le prix HT.

 

Article L. 441-6 du Code de Commerce

  

 Social : Emploi des jeunes : exonérations de cotisation de chômage

Depuis le 1er juillet 2013, l’embauche de jeunes de moins de 26 ans en CDI ouvre droit à une exnération temporaire de la contribution patronale d’assurance chômage dès lors que le contrat se poursuit au-delà de la période d’essai.

Les employeurs concernés sont ceux compris dans le champs d’application territorial de l’assurance chômage : territoire métropolitain, départements d’outre-mer, de Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

L’exonération s’applique à la demande de l’employeur le 1er jour du mois civil qui suit la confirmation de la période d’essai pour une durée de :

  • 3 mois dans les entreprises de 50 salariés et plus,
  • 4 mois dans les entreprises de moins de 50 salariés

L’employeur qui n’a pas fait valoir  l’exonération à laquelle il pouvait prétendre, dispose d’un délai de 3 ans à compter de la date à laquelle les contributions versées ont été acquittées pour en demander le remboursement.

 

Circulaire Unédic 2013-17 du 29 juillet 2013

 


Avril 2013 - Actualité juridique et fiscale *  


   Fiscalité : Dates limites de dépôt de la déclaration d’impôt sur le revenu (IR)

Le non-respect des délais prescris par la loi pour le dépôt des déclarations d’IR est susceptible d’entraîner certaines conséquences pécuniaires (à savoir une majoration de l’impôt à payer). Ceci justifie une attention particulière afin de ne pas se placer en porte-à-faux avec l’administration fiscale. Pour la déclaration des revenus 2012, le formulaire 2042 et ses annexes doivent être déposés sous forme papier au lundi 27 mai 2013.

Pour les déclarations par internet, les délais sont différents, il s’agit des délais suivants :

  • lundi 3 juin 2013 pour les départements 01 à 19;
  • vendredi 7 juin 2013 pour les départements 20 à 49 ;
  • mardi 11 juin 2013 pour les départements 50 à 974.

Ces délais concernent aussi les contribuables qui doivent déclarer les renseignements relatifs à l'ISF sur leur déclaration de revenus. Cette année, sont concernées les personnes dont le patrimoine net taxable au 1er janvier 2013 est supérieur à 1,3 M€ et inférieur à 2 570 000 €.

 

Informations issues du site des impôts : http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/calendrier

 

 Fiscalité : Le cautionnement : l’importance de la signature

Un arrêt récent de la Cour de cassation apporte certaines précisions concernant la signature de l’acte de cautionnement. Si la signature est évidemment obligatoire pour engager le cautionnaire, celle-ci doit suivre la mention manuscrite prescrite par l’article 1326 du Code civil (à savoir l’indication en toutes lettres et en chiffres du montant de l’engagement). Si la signature figure en avant de cette mention, l’acte est irrégulier et l’engagement du cautionnaire est caduque.

Cass. com. 22 janvier 2013, pourvoi n°11-22831

 

 


Mars 2013 - Actualité sociale et fiscale *

 


 Social : innovation 2013 pour l’emploi - le contrat de génération

Les ambitions de ce nouveau contrat sont doubles, il a pour objectif de favoriser l'embauche des jeunes en CDI et le maintien des seniors dans l'emploi.

Sont concernés par cette nouvelle mesure : les employeurs de droit privé et les établissements publics à caractère industriel et commercial dont l’effectif est compris entre 50 et 300 salariés.  

 

Aux termes de ce nouveau mécanisme, les entreprises de moins de 300 salariés bénéficieront d’une aide forfaitaire à condition de remplir les deux conditions cumulatives suivantes :

- embaucher ou maintenir en CDI à temps plein un jeune de moins de 26 ans ;

- maintenir en CDI, pendant toute la durée de l'aide ou jusqu'à son départ en retraite, un salarié d'au moins 57 ans ou d'au moins 55 ans lors de l'embauche.

 

Certaines entreprises ne pourront bénéficier de cette aide, il s’agit des entreprises répondant aux conditions de l’article L. 5121-17, II et III du Code du travail.

 

Loi n°2013-185 du 1er mars 2013

Articles L.5121-6 et suivants du Code du travail

 

 

 Fiscalité : Barème kilométrique 2013 - une déduction limitée à 7CV

Le barème permettant la déduction des frais kilométriques de l’assiette de l’impôt sur le revenu a subi une refonte considérable en 2013 en s’allégeant de sa moitié supérieure.

 

A partir du 1er janvier 2013, la limite maximum du barème est fixée à 7 chevaux fiscaux. Le détail du barème devrait faire l’objet d’une publication au JO dans les semaines à venir. Il semblerait que celui-ci trouve application aux remboursements de frais kilométriques par les employeurs. En effet, ceux-ci étant tenus par une application stricte du barème, une limite maximale de déduction à 7 CV  leur serait applicable, par analogie. 

 

Loi n° 2012-1509 du 29 décembre 2012 de finances pour 2013

 

 


Février 2013 - Actualité fiscale, sociale et juridique *

 


 

 Fiscalité : Dégrèvement de CFE pour les Mulhousiens

Les entrepreneurs Mulhousiens (et agglomération) imposés sur la base minimale de Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) et ayant réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 100 000 € ont vu leur cotisation CFE tripler en 2012 !

Cette forte augmentation a engendré une forte mobilisation des entrepreneurs.

 

La 3ème loi de finances rectificative pour 2012 a permis aux collectivités locales qui le souhaitaient de ramener rétroactivement le montant de leur base minimale de CFE de 6 000 à 2 000 € minimum pour 2012.

Se saisissant de cette possibilité, la M2A a voté la diminution de la base minimale de CFE pour 2012, la ramenant de 6 000 € à 3 000 €.

 

En conséquence, les contribuables concernés peuvent obtenir, sur demande à l’administration fiscale, le remboursement de la partie excédentaire de CFE supportée (seulement s’ils avaient payé la totalité du rôle de CFE).

 

Article 46 Loi n°2012-1510 du 29/12/2012

Délibération Conseil d’Agglomération Mulhousien du 21/12/2012

 

 

 

 Social : Accord de compétitivité des entreprises (ANI) 

Le 11 février 2013, le gouvernement a transmis au Conseil Constitutionnel le projet de texte de loi transcrivant l’accord national intersyndical conclu le 11 janvier 2013.

 

L’accord de compétitivité des entreprises a été conclu par les différents syndicats salariés et patronaux à l’issue de longue négociation. Pour qu’il rentre en application, il faut qu’une loi transcrive cet accord.

 

 

 

 Vie des affaires : Vitrines et éclairage nocturne

Une nouvelle norme concernant les restrictions à l’éclairage public vient compléter le décret de 2012 sur les enseignes et publicités lumineuses.

Cette fois, il s’agit d’encadrer l’éclairage nocturne (interne et externe) des bâtiments professionnels inoccupés la nuit.

 

Entre autre, ce décret réglementera :

-       l’éclairage extérieur (façade ou vitrine) des locaux à usage professionnel après 1 heure du matin ;

-       l’éclairage intérieur des locaux à usage professionnels une heure après l’heure de fin d’occupation des locaux ;

-       l’heure matinale d’éclairage des façades et vitrines (à partir de 7 heure ou une heure maximum avant l’ouverture).

 Date d’application : le 1er juillet 2013.

Arrêté du 25 janvier 2013

 


Janvier 2013 - Actualité fiscale *

 

Les lois suivantes sont définitivement adoptées et publiées au journal officiel :

  • Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013
  • 3ème Loi de finances rectificative pour 2012
  • Loi de finances pour 2013

Dans ces différents textes, l’équipe de FIDUREVISION a choisi de vous présenter 4 nouvelles règles susceptibles de vous intéresser et vous propose les résumés ci-dessous.

 

Pour tous ces sujets d’actualité comme pour les lois de finances, l’équipe de FIDUREVISION reste à votre disposition pour de plus amples informations.

 

 

 Gérant majoritaire – Assiette RSI étendu

  • La déduction forfaitaire de 10 % pour frais professionnels entre désormais dans la base de cotisation RSI, de même que les frais, droits et intérêts d’emprunt pour acquisition des parts ou actions de société.

  • La part de dividende perçue par des gérants majoritaires entre désormais dans la base de cotisation RSI pour la part excédant 10 % du capital social.

Application : à partir du 1er janvier 2013.

Article L131-6 Code de la sécurité sociale

 

 

 Déficit : nouvelle règle pour les reports en avant

L’imputation des déficits antérieurs sur le bénéfice d’un exercice était limitée à 1 M€ + 60 % de la part du bénéfice excédent 1 M€. Le reste des déficits continuant à être reporté en avant.

Pour les exercices clos à compter du 31 décembre 2012, il n’est possible d’imputer les déficits antérieurs sur le bénéfice qu’à hauteur d’1 M€ augmenté de 50 % de la part du bénéfice excédant 1 M€.

A noter aussi que l’entreprise qui veut imputer ses déficits sur son bénéfice de l’année peut augmenter son plafond (1M€) par les abandons de créance réalisés au profit d’une entreprise en difficulté (redressement, liquidation).

 

Article 209 I du CGI

 Crédit d’impôt compétitivité emploi

Ce crédit d’impôt, calculé sur la masse des salaires n’excédant pas 2,5 fois le SMIC, s’appliquerait à toutes les entreprises (sans condition de forme) dont les résultats sont soumis à l’impôt sur le bénéfice réel.

Ce crédit d’impôt serait imputé sur l’IR ou l’IS à payer, ou constituerait une créance remboursable. Possibilité d’obtenir le remboursement immédiat pour les PME et les jeunes entreprises innovantes.

Pour les rémunérations payées en 2013, le crédit d’impôt s’élèverait à 4 % de la masse salariale des salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC et 6 % à partir de 2014.

Les rémunérations supérieures à 2,5 fois le SMIC sont entièrement exclues du calcul.

Les entreprises doivent « retracer l’utilisation de ce crédit d’impôt » (SIC).

 

Article 244 quater C du CGI

 Crédit Impôt Recherche et Innovation

Création d’un volet « Innovation » pour les seules PME (moins de 250 salariés et CA inférieur à 50 M€ ou total de bilan inférieur à 43 M€).

La loi fixe une liste des dépenses éligibles à ce nouveau Crédit Innovation. Le montant total des dépenses éligibles est de 400 000 € par an, le taux du crédit innovation est de 20 %.

Pour le CIR, les taux de 40 % et 35 % sont abrogés. Pour mémoire, ils s’appliquaient la première et seconde année aux entreprises n’ayant pas bénéficié du CIR au cours des 5 derniers exercices.

 

Demande de rescrit CIR : délais assouplis

 

Article 244 quater B du CGI

  

* Les données et informations contenues sur le site internet www.fidurevision.fr sont fournies uniquement à titre informatif et de façon résumée et ne constituent pas une consultation d’expertise comptable ou une consultation juridique.

En conséquence la responsabilité du Groupe Fidurevision (et de ses sociétés Fiduconseils – Alpha Audit  - Société Fiduciaire de Révision) ne saurait être engagée par les lecteurs du fait du contenu.

 


 
Mettre ce site en page de démarrage- - Mentions Légales - Maintenance - Conception NETexcom